vendredi 23 octobre 2015

Le donjon de Jennifer Egan

Couverture Le donjon
Résumé :
Danny et Howie ont partagé les mêmes jeux d’enfants, des mondes inventés, peuplés de héros et de salauds, jusqu’à ce que Howie plonge dans la dépression suite à un tour sinistre combiné par son cousin. Vingt ans plus tard, les rôles ont été redistribués : Howie a fait fortune alors que Danny accumule les échecs.À la demande de Howie, il le rejoint pour rénover un château médiéval en Europe de l’Est. Dans un climat de paranoïa extrême, coupés du monde extérieur, les protagonistes vont alors rejouer le terrible événement de leur adolescence. Au même moment, depuis la cellule d’une prison américaine, Ray raconte une histoire qui relie étrangement les délits du passé et du présent...
Genre : Drame
Éditeur : Stock
Sortie le : 7 octobre 2015
Prix : 20 € ( Pour commander)
Pages : 286
Ma note :
4%2F5

Mon avis :
Voici un roman qui m'a surprise, par son côté sombre, parfois dérangeant, mais surtout par l'imagination qu'il titille en nous, avec un côté gothique des plus plaisants !

Merci à Babélio et leur masse critique, sans qui je n'aurais jamais lu ce livre, puisque ce n'est pas le genre de roman sur lequel je m'arrête en général. Et ça aurait été dommage de passer à côté !

Parfaite période pour découvrir ce récit que le mois d'octobre et ses couleurs et surtout monstres de Halloween.
J'ai de suite embarqué dans l'histoire.
Une histoire qui se sépare en deux, puisque nous suivons d'un côté Danny et ses aventures  et pensées toutes plus improbables les unes que les autres, puis de l'autre côté, nous avons Ray, cet homme qui suit des cours d'écriture en prison.
Très vite, nous comprenons que c'est ce dernier qui est l'auteur de la première histoire. Mais pourquoi ? Comment a-t-il pu écrire tout ça ? Que se cache véritablement derrière ces mots qu'il met en scène pour impressionner la jolie prof ?
A vous de le découvrir bien sûr, car c'est tout là la force de ce roman.
Le mystère fait en effet partie intégrante de ce récit, bien qu'on devine, qu'on soupçonne les choses, on avance dans une sorte de brouillard glauque qui effraye et  attire en même temps.
C'est vraiment bien fait, la frontière entre ce qui est réel et ne l'ai pas est si ténue, si floue qu'on en arrive à se perdre nous aussi dans cette espèce de folie qui s'empare de Danny. On ne distingue plus le vrai du faux, notre esprit est happé par cette ambiance gothique, pesante et dérangeante, comme si on était drogué. On se sent proche de Danny, on comprend son désarroi, on partage ses craintes et ses angoisses. Et cette tension qui ne le quitte pas, qu'on ressent dès le début, entre lui et son cousin, on attend, tout comme lui, ce qui nous parait inévitable.

La notion d'enfermement est très présente, que ce soit par le biais de la prison, ou de ce château d'où Danny semble être incapable de fuir. On se retrouve dans des endroits clos, où les personnages ne peuvent communiquer avec l'extérieur, où tout est sombre et dangereux. Et surtout hanté !
Car c'est l'autre aspect du roman qui nous déroute, la notion de surnaturel. Sous la forme du fantôme d'une baronne barge, ou de voix qui murmurent, de fantôme d'enfants noyés dans une piscine terrifiante... tout est en place pour nous terrifier, et ça marche plutôt bien !
On est pris en otage par cette ambiance pesante et gothique, les images défilent devant nos yeux comme si on y était, on pourrait presque entendre murmurer ces voix...

J'ai vraiment passé un bon moment, je me replongeais à chaque fois avec envie dans ma lecture, alors que j'étais dans une période difficile côté lecture justement.

En bref, un récit où le mystère côtoie le gothique, sur fond d'un vieux château hanté, le réel n'est plus, l'imagination prend le dessus et nous emporte dans une folie où les fantômes et les voix du passé nous murmurent à l'oreille de bien étranges paroles.