jeudi 23 février 2017

Le parfum de l'hellébore de Cathy Bonidan aux éditions De la Martinière

Couverture Le parfum de l'hellébore
Résumé :
Derrière les grilles du centre psychiatrique Falret, s'épanouissent les hellébores, ces fleurs dont on pensait qu'elles soignaient la folie. Est-ce le secret de Serge, le jardinier taciturne qui veille sur les lieux, pour calmer les crises de Gilles ? Toujours est-il que le petit garçon, autiste de onze ans, s'ouvre au monde en sa présence.

Deux jeunes filles observent leur étrange et tendre manège, loin des grandes leçons des médecins du centre. Anne a dix-huit ans, c'est la nièce du directeur. Fuyant un passé compromettant, elle a coupé tout lien avec ses proches, si ce n'est sa meilleure amie, avec qui elle correspond en cachette.

Elle se lie d'amitié avec Béatrice, malicieuse jeune fille de treize ans, qui toise son anorexie d'un œil moqueur, pensant garder le contrôle des choses.

Mais rien ne va se passer comme prévu.

Dans ce roman lumineux et plein d'espérance, les destins de chacun vont se croiser, entre légèreté et mélancolie.
La vie réserve heureusement bien des surprises.

Genre : Contemporaine
Éditeur : de la Martinière
Sortie le : 12 janvier 2017
Prix : 18.00 € ( Pour commander
Pages : 301

Mon avis :

2017 commence très très bien ! Après mon coup de coeur pour la saga Scorpi, Le parfum de l'hellébore sera j'en suis sûre l'un de mes plus gros coups de coeur de cette année !
Je tiens à remercier Babélio pour leur confiance sans cesse renouvelée, et leur masse critique qui permet de découvrir des petits bijoux comme celui-ci.

Je ne savais pas grand chose sur ce livre, ni sur l'auteur, je ne savais pas par exemple qu'elle avait gagné le prix concours MonBestSeller de l'auteur indépendant 2015.
Et après avoir dévoré son premier roman (car j'espère bien qu'il y en aura des tas d'autres) je comprends pourquoi.

Nous rencontrons Anne et Béatrice dans des lettres et un journal intime qui constituent la première partie du récit, dans les années 50 et tout ce qui va avec cette époque. Anne raconte à sa meilleure amie son quotidien dans ce centre psychiatrique dirigé par son oncle, dans des lettres. Béatrice, qui veut devenir écrivain, choisit de commencer par un journal intime, comme celui d'Anne Frank, et à travers ses yeux et ses pensées, nous découvrons une autre facette du centre, mais aussi, de la maladie. Nous allons ainsi les suivre pendant des mois, jusqu'à ce que tout s'arrête, au pire moment.
Que sont-elles devenues ? Et le petit Gilles, ont-elles pu le sauver ? On s'est tellement attaché à ces personnages, c'est comme s'ils étaient de vraies personnes, et c'est presque insoutenable de ne pas savoir.

La seconde partie commence, et plus de lettres, plus de journal intime, mais un récit tout simple. Et là, je me dis que ce n'est pas possible, l'auteur ne peut pas nous faire un coup pareil ! J'avais peur de perdre de l'intérêt à ma lecture, peur de perdre les personnages.

Et pas du tout.

Si je pensais la première partie intense, j'étais loin de me douter du raz-de-marrée qu'est le reste du livre.
Nous suivons Sophie, étudiante de 28 ans, un peu perdue dans sa vie, qui va par le plus grand heureux des hasards, se retrouver en possession de dossiers médicaux du centre psychiatrique. Une sorte de quête va alors commencer, et nous allons tout vivre avec elle. Nous allons connaitre le désarroi, la tristesse, le deuil, mais aussi, l'émotion quand on lui donne de nouvelles lettres. On les lit avec la même ferveur qu'elle, ses sentiments se répercutent en nous d'une telle force que ça en devient troublant. Quand on découvre un passage d'un dossier médical de Béatrice, on est tellement ému et en même temps, c'est comme si on lisait quelque chose de trop personnel sur un ami.

Une lecture vraiment troublante, passionnante et intense. Je l'ai lu presque en une seule fois, je ne parvenais pas à me détacher de cette histoire. Les personnages sont si proches de nous, comme s'ils étaient réels, et quand on découvre ce qui leur est arrivé, c'est comme un coup de poignard au coeur.
J'ai plus d'une fois eu les larmes aux yeux, et alors la dernière lettre, je ne vous dis même pas dans quel état je l'ai lue, je me demande encore comment j'ai pu déchiffrer les mots à travers mes larmes...

Si le destin des personnages nous touche, il y a aussi l'histoire de tous ces malades, souvent mal jugés à cette époque, injustement enfermés dans des cases, et que peu de gens comprennent. Et puis, il y a aussi la condition de la femme, qui pour se réaliser, n'a d'autre choix que d'étudier, d'être meilleure que les hommes dans un monde d'hommes. 
C'est aussi cette histoire, celle d'hommes et de femmes qui vont se battre, qui vont refuser de baisser les bras, et vont faire avancer les choses.

En bref, un roman poignant qu'on lit le corps parcouru de frissons tant les émotions sont fortes, et le coeur rempli d'amour et d'espoir. Un roman qui restera longtemps en moi, comme un vieil ami perdu de vue et à qui on repense souvent avec nostalgie.

--------------------------
http://www.mort-sure.com/t11449-2017challenge-n-3-francophonie#114395

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire